Golmod
Accueil La mission Les fouilles Etudes & restaurations Galerie Evénements & Publications Partenaires
Présentation de la mission Les peuples des steppes Les Xiongnu L'équipe

Quelques jalons de l'archéologie xiongnu au 20e siècle

Il revient aux savants russes d’avoir ouvert la voie. L’anthropologue Yu. D. Tal’ko Gryntsevitch, entre 1896 et 1902, inaugure les premières investigations sur les sépultures xiongnu. Après lui, les archéologues auront tendance à privilégier l’étude des sites funéraires, sans doute en raison du mobilier qu’ils sont susceptibles de livrer. En 1924-1925, l’expédition mongolo-tibétaine du capitaine P. K. Kozlov va mettre au jour d’importants vestiges en Mongolie septentrionale en fouillant douze kourganes de la nécropole de Noïn Ula. Certaines de ces tombes semblent d’origine princière, tel le kourgane n°6 où furent exhumés de nombreux artefacts, en particulier des soieries et des laques han dont une coupe datée. Celle-ci a permis de supposer que son occupant aurait été le chanyu Wuzhuliuoruodi, mort en 13 de notre ère. Après 30 ans d’interruption, les recherches reprennent avec à leur tête les archéologues Kh. Perlee et Ts. Dorjsüren.

Le premier étudie quatre établissements xiongnu dans le bassin du Kerulen en 1952 et en 1956, le second, l’installe d’abord à Noïn Ula en 1954-1955 puis à Gol Mod en 1956-1957. A Noïn Ula il fouille une tombe principale, quatre inhumations secondaires et une dizaine de fosses sacrificielles. Lors de la deuxième campagne, il découvrira un groupe non répertorié de dix-sept sépultures. Depuis 2006, une équipe russo-mongole conduite par N. Polosmak vient de reprendre la suite à Noïn Ula.

Dans la province d’Arkhangaï, à Gol Mod, Ts. Dorjsüren va ouvrir vingt-six tombes mais finalement, décide d’abandonner ce gisement. A partir de 1961, il explore le site de Takhilt dans la province de Khovd. Les décennies suivantes verront fleurir de nouveaux chantiers. Dès 1974, K. Perlee opère à Durlig Naars dans la province de Khentii alors que simultanément les archéologues russes en Bouriatie s’affairent à Ivolga. Sous la houlette de A. Davydova, deux cent seize sépultures y seront fouillées. Puis, autour de S. Minaev, est entreprise l’étude des ensembles funéraires de Derestuy puis de Tsaraam. Parallèlement, en Chine, les chercheurs Tian Guangjin et Guo Suxin révèlent d’importants sites xiongnu dans les Ordos. Au début des années 90, une expédition mongolo-japonaise avec à sa tête les professeurs D. Tseveendorj et S. Kato, étudie des vestiges xiongnu dans le Khentii. A partir de 1996, la mission archéologique française procède à une fouille de sauvetage dans la province de Bulgan sur le site d’Egiin Gol où elle étudie une centaine de tombes du cimetière d’Egiin Gol. Depuis 2000, elle œuvre à son tour sur le site de Gol Mod.


site réalisé par multipass